“Prends confiance en toi, affirme-toi”: à peine le temps d’apprendre à découvrir qui nous sommes, que l’on nous demande d’assurer en toute situation. Mais cela est-il si compliqué? Comment définir la confiance en soi? Est-elle liée à celle que l’on voue aux autres?

Il suffit de s’aimer comme on est, à ce qu’il paraît. Mais être soi-même, comment fait-on, tu le sais toi? Je t’offre de jolis coups de pouce, bien complets… J’espère juste que tu aimes lire!

– – –

Mieux se connaître et faire le point :

La confiance passe avant tout par la connaissance de soi. Découvrir ses traits de personnalité, son potentiel, savoir définir ses besoins et envies…. Autant de pistes à explorer pour une seule et même finalité : être soi.

Connais-tu par exemple ce qui se cache derrière ton prénom ? Jette un œil par ici:-)

Comment faire l’inventaire de soi-même sans s’y perdre ? Ce que je te propose, c’est de mettre à plat sur papier ce qui suit. Cela te permettra de prendre conscience noir sur blanc de ces mots qui te caractérisent, ainsi que d’avoir une sorte de point de repère pour la suite des événements. Attention, ce qui sera écrit ne doit venir que de toi-même. Ne laisse pas toutes ces petites voix prendre le dessus de ce petit instant avec toi-même . Laisse-les bien en dehors des quatre bords de la feuille. Si tu as du mal à garder ton calme, ferme les yeux un instant. Allez, on continue ?

 J’estime que je suis …

  • mes qualités
  • mes défauts
  • ce que j’aime chez quelqu’un et inversement ce que je n’aime pas
  • ce que j’aimerais changer en moi
  • les moments où je me sens fier(e)
  • les situations où le manque de confiance surgit, où je doute
  • mes principes, valeurs
  • ce que je ne supporte pas du tout
  • l’objectif que j’aimerai atteindre

~

Le but de cette auto-évaluation est de mettre en avant ses atouts tout en travaillant sur ses défauts

On attire à soi des personnes qui nous ressemblent

Trouver l’origine du manque de confiance et les ressources intérieures disponibles

Connaître ses limites, envies et besoins.

Qui a dit que s’intéresser à soi n’avait rien d’enrichissant? :-)

– – –

Le courage d’être soi et s’accepter

Avoir confiance en soi, c’est aussi savoir accepter ce que l’on découvre sur et en soi. Mais je te préviens, il y aura des jours avec et des jours sans, et c’est ca être humain. Dans ce monde où le regard des autres semble être un point de ralliement, c’est aussi accepter l’image que l’on renvoie. Pourquoi devrions-nous avoir honte d’être ce que nous sommes ? Alors que c’est de là que réside toute la beauté de l’être humain : la richesse et sa diversité. Si au lieu de rejeter la différence, nous l’acceptions et nous la voyions comme une source d’enrichissement. Nous sommes une entité formée de multiples facettes, dont chacune nous sert intelligemment à un moment donné de notre vie. Et lorsque nous avons connaissance d’elles, que nous les acceptons comme parties intégrantes de nous-mêmes, alors nous les utilisons de manière naturelle, automatiquement.

Différent(e), et alors ?

N’oublie jamais que tu as le droit d’être qui tu as envie d’être, d’autant plus si c’est pour être toi-même. Chacun a sa place dans ce monde et son rôle à jouer. Nous avons le pouvoir de changer les choses et de créer un monde nouveau, meilleur, en mettant notre pierre à l’édifice, en créant, en rendant réel nos idées, nos rêves, mais aussi en partageant notre vision des choses.

Quant à ces failles qui te font défaut, plus tu laisseras ces imperfections dans l’ombre, plus elles prendront une place omniprésente dans ton quotidien. Cherche à voir ce qu’elles cachent, car on a tendance à associer ces zones d’obscurité à quelque chose de négatif, alors qu’en réalité il s’agit simplement d’une part de soi encore inconnue. En y mettant un peu de lumière, on leur offre la possibilité d’être des forces. De ce fait, on n’accepte plus d’être touché par de tels propos. Ceux qui nous entoure ne voient alors plus d’endroit où titiller héhé.

Une fois que l’on sait ce qu’il y a de bien et de moins bien chez soi, il est donc possible de transformer certains traits de personnalité. A moins de relativiser, de se dire, qu’au final ce n’est pas si mal d’être comme ca, parce que ca nous a peut-être déjà sauvé de quelques situations embarrassantes. Demande-toi si ces défauts ne peuvent être des qualités, et si oui, que faudrait-il changer pour que cela se réalise. Demande-toi ce qui a fait que tu as tel ou tel complexe. Regarde d’un autre œil ces défauts et trouve ce qu’il y a de bien ou de positif, ce qu’ils t’ont permis d’apprendre sur toi ou sur la Vie. Et puis au final, qu’y a t-il de bon à ressembler à quelqu’un d’autre ?

Serais-tu prêt à vivre ta vie pour et selon les autres? Tout cela pour ne pas les décevoir, pour se sentir accepté, aimé. Serais-tu prêt à être quelqu’un d’autre, à passer à côté de ta vie, à côté de tous ces petits bonheurs qui n’attendent que toi? Et puis, il n’y aurait rien de drôle à être comme tout le monde, pas vrai?

Être soi demande du courage. Mais si tu n’es pas toi-même, qui le sera ?

– – –

S’autoriser à être soi, s’affirmer

Donne-toi de la valeur

Sois cette personne que tu as envie de rencontrer. Offre-toi la chance d’être plus proche de ce que tu souhaites être, d’affirmer ce que tu as dans le cœur. Les autres ne te juge pas forcément comme toi tu te juges, de plus ils ne connaissent pas ton vécu, une chance alors d’être à leurs yeux et aux tiens d’être soi, en mieux. De quoi repartir sur de nouvelles bases, plus saines, à chaque rencontre ou chaque événement nouveau.

Sois honnête envers les autres et toi-même. Approprie-toi tes pensées, émotions et actions, sans les fuir, les nier ou les dénigrer. Sans culpabiliser.

Définis tes propres limites, de manière à ce que chacun puisse te respecter. Cela permettra à l’entourage de mieux apprendre à te connaître, te comprendre et t’apprécier. Ah, et on arrête de se dénigrer et d’être trop dur(e) envers soi-même. Si on se lançait plutôt des fleurs?

Et si avant d’être parfait on essayait d’être soi-même ?

Positive attitude

La confiance en soi est une attitude mentale mais aussi physique. Alors on se tient droit, on relève la tête, épaules relevées, on ne se cache plus derrière ses cheveux, et on ressort le sourire! En gardant une posture ouverte, on évite d’offrir aux autres l’opportunité d’abîmer un peu plus notre estime qui en a déjà pris un coup.

Si à la place de se focaliser sur ce qui ne va pas ou plus, nous commençons à être plus attentifs à la façon dont nous nous positionnons, dont nous pensons ou nous parlons, nous allons progressivement pouvoir faire du tri là-dedans pour diriger notre attention non plus vers ce dont nous ne voulons pas, mais ce que nous voulons véritablement.

Autorise toi à dire non

S’affirmer ne rime pas avec agressivité! Même si au début, ca sera plus fort que toi, c’est vrai. Mais sais-tu pourquoi nous avons ce réflexe de nous énerver, de monter d’un ton lorsque nous essayons de communiquer? Parce que justement nous avons du mal à nous exprimer et surtout à nous faire comprendre. Mais en prenant du temps, en trouvant les mots ou des synonymes moins forts que ceux que tu penses sur le moment, voilà le tour est joué. Ne cherche en aucun cas à te justifier, tu as tes raisons et ils n’ont pas nécessairement besoin de les connaître. A partir du moment où le message est passé et que tu te sens plus en accord avec toi même, l’histoire est finie et tu peux continuer à avancer.

Mais pourquoi avons-nous peur de refuser?

Bien souvent, ce blocage vient du fait que nous pensons que si nous disons non, on ne nous appréciera plus de la même façon, voire plus du tout, jusqu’à finir par se retrouver seul.

Si certaines personnes se détournent de toi parce que tu leur dis non, penses-tu vraiment que ces personnes soient là pour de bonnes raisons? Ou s’agirait-il plutôt de gens qui sont là pour profiter, pour prendre ce qu’ils peuvent prendre, et qui trouveront une autre cible si ça ne fonctionne plus avec toi ? Penses-tu que le fait de dire non pourrait t’enlever l’amour et l’affection des gens qui t’aiment vraiment ?

Plus tu agiras à contresens de tes véritables envies, plus tu accumuleras colère et frustration. Alors écoute-toi, demande-toi ce que tu veux vraiment et si ce qui t’es demandé te convient, à toi. Tu peux aussi proposer un compromis à la personne, et ainsi voir si elle est aussi conciliante que toi tu peux l’être. Dire non permet également de se délester de tout ce poids du monde que l’on a parfois à porter sur nos épaules, poids que l’on s’afflige à soi-même souvent…

Crois en la Vie et elle te le rendra, crois-moi !

– – –

S’ouvrir au monde et passer à l’action

Souviens toi, quand petit(e) tu étais la première personne à oser faire de nouvelles choses, même si c’était des bêtises. La Vie te semblait amusante, intéressante, voire magique. Qu’en est-il aujourd’hui ? Et pourquoi ? Parce que tu as « grandi » ? Mais sais-tu que ce petit enfant lui, il t’attend. Il attend pour jouer à nouveau, sauter dans les flaques, te faire de nouveaux amis qui n’ont rien d’imaginaire, et apprendre les jolies choses de la Vie. Alors pense à ca, pense à lui, pense à toi. Ouvre toi au monde, ouvre tes ailes, tes bras, ton cœur et ose ! Plus facile à dire qu’à faire ? Eh bien non, moteur…. action !

Quand on veut on peut

Alors arme-toi de cette volonté que tu as de vouloir changer les choses et répète après moi : « je ne laisse pas seulement à la vie et au hasard le soin de me changer et de me tirer vers le haut, mais j’essaie moi-même d’adopter une démarche active »

Lance-toi des défis

Le courage et la confiance se développent lorsque l’on ose, la peur se renforce lorsque l’on hésite. En te donnant à toi-même des petits challenges au quotidien, cela te permettra de surmonter tes peurs chaque jour un peu plus. Mieux vaut en faire un peu chaque jour que trop d’un coup. Déjà, ca te fera une pression monstre en moins. Le but du jeu est d’éprouver à nouveau du plaisir à faire des choses. Pour franchir le cap à chaque fois sans t’auto-décevoir, fixe toi des objectifs atteignables, en prenant compte ton « humeur » du jour.

Va chercher du pain et parle à la boulangère, adresse la parole à une inconnue pour la complimenter sur sa coiffure ou lui demander simplement un mouchoir. Prends la parole en public, exprime toi lorsque tu sens que l’occasion se présente. Surprends-toi à faire de nouvelles choses. Et si un échec pointe le bout de son nez ? Vois là une occasion de faire mieux, dés le lendemain. Prends aussi conscience de tes efforts, de ton évolution positive. Et on accepte les compliments !

Allez on commence ? Demain ? Et là, maintenant, tout de suite, qu’est-ce que tu peux faire pour commencer ? Si tu manques d’inspiration, je te donne un petit truc : file dans ta salle de bain devant le miroir, et regarde ce qui s’y trouve. Souris lui pour voir 😉

Entoure-toi sainement

Pas si simple quand certains cachent leur jeu, mais l’important est d’être entouré(e) de bonnes personnes. Ce garçon, tu le « sens » ? Oui, d’accord très bien, alors on le garde, hop. Et elle ? Faire le tri permet d’éliminer les « parasites », les relations nocives pour soi. A quoi bon faire des efforts s’il existe des personnes qui nous rabaissent plus bas que terre, même si c’est pour rire ? Tu as besoin de ca toi ? Non, alors dis-le, réagis, hop poubelle ! Par contre, c’est à toi aussi de bannir le jugement, la critique et le blâme de tes pensées et paroles, sinon ce n’est pas du jeu et le travail est à moitié fait.

Bizarrement, tu verras qu’en faisant ca, certaines de ces petites voix malsaines disparaîtront. En fait, en réagissant de la sorte, ces mécanismes de pensées destructrices qui alimentent ton manque de confiance, la culpabilité, la honte et les regrets; seront à leur tour détruits. Casséééééés! x)

Pense à ton avenir

Mais pas trop. En fait, c’est y penser en vivant le moment présent, parce que c’est à partir de l’instant même que l’on construit ce futur à composer. Fais plus de choses que tu aimes. Mets dans ta Vie tout ce que tu souhaite y voir, et tout ce qui te fait te sentir bien ou mieux. N’attends pas que la roue tourne, que le bonheur s’offre à toi, mais provoque le. Tiens j’ai envie de faire ca… Biiiiiiiiim allez hop je m’y mets. Ne t’empêche pas de vivre pour telle ou telle « raison ». Sois là, soi toi-même là tout de suite maintenant. Tu as des projets, des envies de sorties, d’activité sportive ? Hop hop hop, à toi de jouer !

En affrontant ces défis, tu sauras par la même occasion affronter les aléas de la Vie, tu sauras y faire face, et non plus les fuir ou les subir. Tiens regarde, cette situation avant qui te faisait affreusement peur, te semblait insurmontable, qu’en est-il aujourd’hui ?

Et n’oublie pas, fais de ton mieux, c’est tout ce qui compte !

– – –

Renouer avec son monde intérieur, s’aimer

Cultiver son jardin secret :

Construire une relation privilégiée avec soi-même permet d’instaurer un climat de confiance. Imagine un univers où le calme l’emporte sur tout le brouhaha de tes innombrables pensées. Un endroit où se trouve et vit seulement ce que tu souhaites, ou tu peux être toi-même sans craindre le regard des autres et ériger un monde où tout est réalisable. Eh bien, c’est ca le monde intérieur, il se trouve en toi.

La première étape qui m’a permis d’y accéder était de me reconnecter à mes ressentis. J’ai appris à mieux vivre avec toutes ces émotions qui vont et viennent au rythme de notre existence. D’ailleurs ca m’a aidé à reprendre confiance en moi, car j’ai retrouvé le « contrôle » de mes pensées, mon corps et ma vie. Finis la maladresse, les pleurs à tout va et autres désagréments.

Comprendre ce qu’il se passe de l’intérieur est un atout considérable face aux diverses épreuves qui nous sont réservées. Mais parfois, on a du mal à savoir comment on se sent, et le pourquoi. Pour y remédier, je te propose d’imaginer que tu es en face de toi-même. Autrement dit, une manière de matérialiser, de visualiser ton toi intérieur.

Pour plus d’aisance, tu peux fermer les yeux comme pour regarder à l’intérieur de toi-même. Pour t’aider à faire le vide et te concentrer sur cette nouvelle « aventure », tu peux respirer profondément trois fois. On iiiiinspire, et on expiiiiiiiiire. Encore ! Voilà, à présent il te faut concentrer ton attention sur la région de ton cœur, là où siègent en quelque sorte tes émotions. Visualise ce mini-toi et écoute ton cœur. Il est plus facile d’entamer le contact lorsque tu as une émotion vive. Demande lui alors comment il se sent, parle lui à voix haute comme tu parlerais à une personne extérieure, ou par la pensée. Plus tu t’entraîneras à prêter attention ce qu’il se passe dans ton cœur, plus te sentiras en confiance. Cela te permettra aussi de guérir petit à petit tes anciennes blessures, celles qui te suivent depuis des années.

Intérieurement, tu te sentiras alors plus joyeux, libre, fort et comme grandi. En plus de ca, tu commenceras à attirer à toi de plus en plus d’expériences joyeuses, magiques, en accord avec ce que tu es et ce que tu as dans ton propre univers. En réparant l’intérieur, on transforme aussi l’extérieur. Alors, prêt pour une petite rénovation ?

Prendre soin de soi :

Compter sur soi, c’est aussi comprendre que cet amour que l’on donne aux autres, il nous faut commencer par se le donner à soi-même. Et puis ne sommes-nous pas la personne la mieux placée pour y parvenir ?

Cela passe par des moments cocooning, des instants de détente ou d’activités plaisantes. S’autoriser une trêve au moins une fois par jour, pour être au meilleur de sa forme et de ses capacités le lendemain. Prendre du temps pour et avec soi, afin de démontrer à soi-même que l’on a le droit de s’aimer, de s’apprécier. Une très bonne base pour toute relation, qu’elle soit amicale ou amoureuse. N’attends pas que l’on vienne mettre du plus sur tes moins, mais transforme les toi-même de manière à privilégier des relations authentiques avec les autres.

Mon moment à moi, c’est le yoga et l’équitation, mais c’est à toi de trouver le tien. Il y a le rapport avec la Nature aussi qui s’avère plus bénéfique que ce que l’on pense. Forêt, mer, montagne, nous avons là de quoi trouver notre bonheur. Personnellement, je sais que lorsque j’ai besoin de prendre l’air, de me reconnecter aux choses essentielles et à ma propre nature, c’est en forêt que j’aime me perdre. Marcher, écouter, observer, m’accoler à un vieux chêne, voir une biche suivie de ses petits : remettre à l’ordre du jour tous nos sens parfois oubliés.

Développer sa créativité :

Voici un autre moyen d’utiliser ses sens et surtout, de laisser libre cours à son imagination, et même d’évacuer ses ressentis les plus profonds. Dessin, musique, écriture, peinture…. Qu’aimais-tu faire quand tu étais petit(e) ? La pâte à modeler marche aussi, d’ailleurs c’est un puissant anti-stress ! Bref, sois plus malin avec tes mains !

Écouter son intuition :

Tu sais, cette petite voix que l’on n’arrive pas toujours à dissocier des autres ! Pour pouvoir l’entendre clairement, il faudrait mettre de côté toutes tes émotions, autant dire que c’est loin d’être facile. Voilà pourquoi il est utile d’apprendre à vivre avec ses émotions, pour ne plus faire les montagnes russes, et savoir quand quelque chose ne va pas puisqu’elles sont là pour nous avertir qu’il y a un déséquilibre entre le monde extérieur et notre intérieur.

En développant l’intuition, on parvient à savoir comment et quand se faire confiance. Elle permet aussi de trouver réponse lorsqu’une question reste en suspend. Pour çà, j’ai aussi mes petites astuces dont je te ferai part un peu plus tard dans un autre article.

Éveiller l’esprit :

Comment définir ce qu’est la spiritualité, ce rapport à l’esprit… L’esprit, c’est une des dimensions qui caractérise l’être humain, avec le corps et l’âme. J’associe à cette dimension les émotions, ainsi que cette énergie qui circule en nous. Si tu veux savoir de quoi je parle, j’ai écrit un article sur ce que sont les chakras, ces points de jonction entre ces deux éléments et le corps humain.

Je pense qu’il me faudrait plus de recul pour te parler de manière plus simple de ce qu’est la spiritualité, d’autant plus qu’il s’agit à mes yeux d’un tout autre univers et tout aussi vaste que celui dans lequel nous vivons, les pieds sur Terre. L’esprit, c’est un peu comme ce lien que l’on (re)construit avec notre mini-nous intérieur. C’est quelque chose que l’on vit, par le ressenti, et non par le mental à proprement parlé. Les mots ne sont donc pas forcément le meilleur moyen pour l’exprimer. Ce que je peux te dire, c’est qu’en éveillant cette partie de moi, j’ai pu créer un espace intérieur dans lequel je peux m’étaler coooooomme je veux. C’est même un peu le bazar parfois. Ce que j’ai expérimenté récemment, c’est que nous n’avons pas nécessairement besoin de gigoter, d’être dans l’excès (parfois inconsciemment) dans notre manière d’être ou de parler pour exister. Oui, on peut exister sans s’exprimer, en rayonnant. Regarde le soleil, lui, il est là toute la journée, il ne bouge pas mise à part le matin et le soir et pourtant on lui prête attention. Et pourquoi ? Parce qu’on le voit, on le sent ! Eh bien ca marche aussi pour nous.

Pour dégager de la lumière, c’est en montrant ce qu’il y a en nous. C’est en nourrissant notre force intérieure, grâce à touuuuuuuuut ce qui précède dans cette grande « synthèse » de la confiance en soi. C’est en étant nous même, tout simplement.

Après, c’est à nous d’entretenir ce lien avec notre esprit. Yoga, méditation … Tout ce qui sort de l’ordinaire si je puis dire…

– – –

Voilà, la confiance en soi n’a plus de secret pour toi, et j’ai envie de terminer ce méga coup de pouce par un point clé. Si tu n’en as pas marre, la suite, c’est maintenant !

Et si pour finir, on se fichait du regard des autres ? Si on se détachait de ce besoin constant de reconnaissance. Ce sont tous ces jugements de valeurs que nous avons enregistrés depuis l’enfance qui font que nous percevons aujourd’hui le monde tel que nous le percevons. Ce sont nos sources d’influence extérieures (parents, famille, amis, professeurs, etc.) qui ont forgé la façon dont nous considérons à présent ce qui est bien ou mal, bon ou mauvais, beau ou laid, etc.

Mais ce n’est pas parce que c’est comme ca depuis des années que cela doit le rester! Les croyances d’hier ne sont plus forcément ces vérités d’ajourd’hui. Cette petite voix du mental doit laisser place à celle de notre coeur. Nous avons alors besoin d’encouragements (comme petits lorsque nous gagnions des images), d’attention bienveillante, de compréhension, d’amour, de douceur; mais ce qu’il ne faut pas oublier c’est que nous pouvons et devons nous offrir à nous-mêmes tout ceci. C’est à nous de repeindre notre monde intérieur des couleurs de la Vie et de nos envies profondes.

Tu as cette sensation d’avoir quelque chose de manquant pour finir par t’accepter: demande toi quoi et décide de faire de petites actions au quotidien pour aller vers cet objectif.

Je t’invite grandement à lire cet ouvrage disponible en PDF si tu veux un peu plus approfondir ce dernier point!

Si en échange, toi tu as des astuces pour comment avoir de la répartie, de manière à ne pas accepter une situation ou la prendre pour soi… Je suis preneuse & n’hésite pas à commenter !

En attendant le prochain article sur l’optimisme ou comment se construire un état d’esprit en béton…

Souris à la vie et la Vie te sourira :-)

© Copyrights – Article entièrement écrit par Angélique Dore

39
Share